Marque > [ Guerlain ]

Shalimar de Guerlain

Que vous dire de plus à part que je suis une Shalimar addict ! Totalement, j’ai ce parfum depuis 3 ans désormais… Pourquoi ? Parce qu’il sait exister sans déranger. Et ça, j’adore ! Shalimar  de Guerlain a tout d’un extrême grand !

Shalimar de Guerlain Shalimar de Guerlain

Découvrir Shalimar de Guerlain

 Shalimar reste pour moi un parfum exceptionnel. Un parfum qui se transmet de génération en génération avec toujours la même passion. Il véhicule une image de classe, d’élégance, de discrétion. Pour moi, c’est vraiment l’incarnation de la perfection, ou presque. On s’en rapproche dans tous les cas.

Incarnation générationnelle

 Ce parfum a su tirer de ses légendes et de ses racines indiennes, une aura qu’il véhicule à travers des images sublimes que l’on retrouve dans ses publicités. Shalimar vous plonge ailleurs littéralement et vous emmène en voyage Inde.

Senteurs divines

Forcément, les senteurs y sont divines. Un parfum qui incarne à merveille l’amour éternel, le désir, la passion. A la fois raffiné et chic, c’est un parfum féminin par définition qui vous ensorcèle sans trop de difficulté.

Un voile de mystère

Crée en 1921 par Jacques Guerlain, ce parfum incarne avec un soupçon de mystère, la rencontre de l’Occident et de l’Orient d’une certaine façon. Il mélange bergamote, citron et bois de cèdre, avec la douceur de la vanille veloutée et ambrée, sans oublier l’iris,  le jasmin et la rose. Puis arrivent les notes gourmandes de la fève tonka, de l’encens, du baume du Pérou et du benjoin.

A découvrir

Découvrir la fragrance Shalimar, Cologne de Guerlain Shalimar, Cologne de Guerlain

Découvrir la fragrance Flora Rosa de Guerlain Flora Rosa de Guerlain

Découvrir la fragrance Terracotta, le Parfum de Guerlain Terracotta, le Parfum de Guerlain

Découvrir la fragrance Jasminora de Guerlain Jasminora de Guerlain

Infos pratiques

Découvrez nos jus préférés testés et validés par notre rédaction. Pour en savoir plus sur la Brume pour le corps de Miss Dior


Rédigé par Christel Caulet

le 12 juin 2015

Un petit mot à ajouter ?